ACTUALITÉS

La visite d'Elisabeth Borne en Algérie révèle l’affaiblissement de la France sur la scène internationale

La visite d'Elisabeth Borne en Algérie révèle l’affaiblissement de la France sur la scène internationale

La visite de la Première Ministre en Algérie révèle l’affaiblissement de la France sur la scène internationale.

La réconciliation franco-algérienne voulue par le Chef de l’État a un prix décidément très élevé.

Le déplacement d’Emmanuel Macron il y a quelques semaines, n’a en effet pas suffit à satisfaire le pouvoir algérien.

C’est donc désormais au tour de la Première Ministre et de pas moins de quinze membres du Gouvernement de se rendre à Alger pour une « visite de courtoisie » à leurs homologues et au Président Tebboune.

L’ampleur inédite de cette délégation pose forcément question.

D’autant plus qu’on nous explique qu’aucun des sujets essentiels de notre relation avec l’Algérie ne va être abordé.

Guillemet red gauche S’il n’est question ni de mémoire, ni d'immigration, ni de gaz, à quoi va servir un déplacement d’une telle ampleur ? Guillemet red droite

Il ne serait ainsi pas question de parler de mémoire. Pour autant, la Première Ministre ira, bien sûr comme Emmanuel Macron, se recueillir devant le monument aux martyrs du FLN à Alger, qui étaient pourtant les ennemis de la France.

Le renforcement de la lutte contre l’immigration illégale ne sera pas non plus à l’ordre du jour. C’est pourtant la soi-disant contrepartie de l’assouplissement du régime des visas accordé à l’Algérie par le Chef de l’État.

D’une manière encore plus incroyable, le gaz ne serait pas non plus au menu des discussions alors que c’est l’enjeu stratégique majeur actuel pour la France.

S’il n’est question ni de mémoire, ni de sécurité, ni de nos approvisionnements, a quoi va servir un déplacement d’une telle ampleur ?

Au final, il y a fort à craindre que la quasi-moitié du gouvernement se rende en Algérie surtout pour satisfaire l’égo du pouvoir algérien qui ne manquera pas de vanter un nouvel acte de subordination de notre pays.

Cela nous rappelle malheureusement que les lourdes erreurs stratégiques commises ces dernières années, notamment sur l’énergie, ont placé la France en position de faiblesse sur la scène internationale. Voilà pourquoi il faut renouer de toute urgence avec notre autonomie stratégique perdue.


Député des Alpes-Maritimes

NEWSLETTER

Connexion